Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 12 mars 2014

Quand l’ami disparu nous écrivait

 Tante Agathe, avec beaucoup d’émotion, vous offre cette revendication d’un homme de cœur qui nous a quittés en 2013.

 

___ « La poste de Puisserguier vient de rouvrir, après des travaux de réaménagements intérieurs.

Mais pour quels services ?

 

tante agathe

 

 

 

La poste était un de nos services publics de proximité préféré, mais qu'en est-il aujourd'hui ?

Que sont devenus les services de la poste, autrefois PTT, de nos jours?

Deux exemples pour illustrer mes propos.

 

L’arrière grand-mère de mes deux fils, mamie Yvette, vivait dans un hameau très reculé en Lozère, a la Roche, commune de Saint-André de Lancize. Moins de 10 habitants l'hiver. Et une interminable route sinueuse pour rejoindre le hameau, route très souvent enneigée l'hiver.

Seule liaison avec le monde extérieur: le facteur, qui, malgré les aléas météoritiques, accomplissait sa mission de service public.

Chez mamie Yvette, il ne faisait pas que livrer du courrier. Il prenait le temps de boire un café, de tisser ainsi du lien social pour une personne qui, veuve hélas, n'avait que lui seul pour interlocuteur pour la journée.

Mais ce n'était pas le seul boulot du facteur, en ces terres difficiles en Cévennes, surtout l'hiver. Le facteur livrait aussi des médicaments, du pain frais, le journal pour toutes ces personnes isolées pendant les mois d'hiver. Pour avoir discuté avec lui, il me disait que son rôle ne s'arrêtait pas à distribuer le courrier et à relever le rare courrier de l'unique boîte aux lettres du hameau.

En tout temps, pour mamie Yvette, la visite du facteur était attendue, le café chaud prêt à servir, quelques biscuits pour l'accompagner. Pour ce facteur de la roche, près du col de Jalcrestre, dont j'ai hélas perdu le nom, servir n'était pas un sacerdoce mais une mission de service public. Comme dirait mamie Yvette" que dieu te garde" (même si je ne suis pas croyant)

 

A Puisserguier, mon facteur était Yves Mader. Postier exemplaire, facteur toujours au service de nos concitoyens. Un jour, je n'ai pu m'empêcher de lui dire que j'aurais aimé faire son métier.

Mais que j'avais fait exprès de rater le concours des postes pour passer le Capes et devenir enseignant.

Mais  avec le regret, nonobstant, de n'avoir pas fait le choix de rejoindre le monde de "la poste".... me sachant philatéliste, plus de 300 000 timbres à ce jour, il me laissait volontiers des timbres que quelques clients avaient bien voulu lui céder.

Qu’ils soient ici remerciés. Puis quand Yves Mader est parti, tout a changé.... le facteur qui l'a remplacé a tôt su connaître ma passion  philatéliste. Mais tout a vite changé....

 

Un facteur pour les lettres, un autre pour les recommandés, et un dernier pour les colis.... les facteurs en sont les premières victimes.

La poste n'est plus un service public. Elle a basculé dans le privé. Je lance alors un appel pour que nos agents du service public puissent accomplir leurs missions.

Tant pis si cela prend du temps, mais pour nos aînés, la visite du facteur est la seule qu'ils ont de toute la journée.

 

 

Alors, à tous les ronds de cuir de la poste qui n'évaluent que par des chiffres, je dis ceci, laissez quelques minutes de plus pour nos personnes âgées.....

JPS 19 décembre 2001 (23 H 05) »

En relisant ces lignes Tante Agathe se dit qu'avec des personnes comme lui, il fait bon vivre à Puisserguier. 

 

f  _JPS ...me manque

Monique C

 

f   _ et ma mamé Yvette aussi, et les Cévennes et la Roche!!

Fabienne

 

f  _Eh oui, combien de combat de journées de grèves etc... Pour ne pas en arriver là. Mais en 1991, lors du changement de statut, nous étions des Fonctionnaires engagés donc forcément ... Bref aujourd'hui l'entreprise nous propose de partir discrètement pour être non remplacé ... Quand au service Public il est aussi remplacé par Rentabilité.

Bernard A.C

 

samedi, 01 mars 2014

Un beau jour de 2006, le 12 juin !

Bonjour !

 

Chaque jour nouveau voit arriver son lot d'évènements dans notre paisible village héraultais qu'est PUISSERGUIER...


D'où des tonnes d'anecdotes que Tante Agathe, la bien nommée, se fera un immense plaisir de vous conter au bon gré de son humeur....


Tante Agathe est en admiration devant notre beau château...

Mais se demande toujours quelles sont les heures de visites ?

 

Tante Agathe 12 juin 2006.jpg

 

Le premier commentaire était d’Eliane qui écrivait :

« J’ai le regret de vous annoncer que le château possède divers propriétaires et donc ne peut être visité. Dommage, il est si beau. »

Tante Agathe en était désolée, et approuvait Eliane quant à la beauté du château.

15 visiteurs avaient débuté l'aventure avec Tante Agathe.

Relire les Chroniques de Tante Agathe : plus de 500 pages, en cliquant sur :

Chronique de Tante Agathe, tome 1 Partie UN.pdf

Chronique de Tante Agathe, tome 1 Partie DEUX.pdf

Chronique de Tante Agathe, tome 1 PARTIE TROIS.pdf 

Chronique de Tante Agathe, tome 1 Partie QUATRE.pdf

 Chronique de Tante Agathe, tome 1 Partie CINQ.pdf

Chronique de Tante Agathe, tome 1 Partie SIX.pdf 

@Très bonne idée Tante Agathe !
J'ai commencé à feuilleter ... que de souvenirs !

Mathilde

 

@ Enfin de retour, c'est très bien , tu nous manquais.

jn badenas

 

lundi, 24 février 2014

Une soirée avec le Pélican de Puisserguier

Certains d’entre vous ont, comme Tante Agathe, profité d’un magnifique temps de printemps pour rejoindre, ce samedi, vers 18 heures, les « Patatr’Oc » qui présentaient une belle animation intitulée « Carnaval es arribat ».

 

Tante Agathe a été agréablement surprise du grand nombre de Puisserguiérains qui s’étaient rassemblés au départ du cortège (à coté de la mairie) que précédait la fameuse et turbulente mascotte représentant le Pélican de Puisserguier.

 

Tante Agathe a donc déambulé  à travers le village avec les enfants déguisés (ainsi que quelques parents) qui formaient une joyeuse troupe soutenue par fifres et tambourins.

 

tante agathe

 

Halte après halte, Tante Agathe a suivi le "Totem" de la Place de la République, à la place de l’église, en passant par la cour du château.

Et c’est assez tard dans la soirée que toute cette peuplade de gais lurons s’est séparée heureuse d’un grand moment de fête partagé ensemble.

 

Tante Agathe ne peut qu’être satisfaite du succès rencontré par de tels rassemblements suscités par la passion de quelques bénévoles au service de leurs concitoyens.

 

dimanche, 23 février 2014

A chacun son Gavach !

tante agatheDernièrement Tante Agathe a été invitée, avec quelques amis, à se rendre à Creissan pour assister à une soirée avec Patrick Béziat dont la conférence a captivé un nombreux public.

En tissant une histoire inédite des Gavachs, le conférencier a peint ces hommes et ces femmes qui descendaient à pied ou en carriole les gradins de l’amphithéâtre languedocien jusque dans la plaine pour y trouver du travail.

Comme toute l’assemblée conquise par ce remarquable exposé, Tante Agathe, a suivi l’évocation des racines du mot Gavach, ses diverses étymologies, ses définitions et les différentes origines de ceux qu’il désignait selon la région, Patrick Béziat a bien démontré comment, au fil du temps et des aléas économiques, les Gavachs, par leur audace et leur travail ont trouvé leur place dans nos villages, et combien ils ont été au XIXème et au XXème siècle « des acteurs majeurs mais minorés d’un moment exceptionnel de notre histoire ».

Tante Agathe a appris ce soir là qu’en ces temps reculés les gens de passage à Puisserguier avaient un regard étonnant, voire méprisant sur les autochtones de notre village.

 

tante agathe

 

Au cours de cette conférence très instructive Tante Agathe a aussi noté que tous les villages de notre région seraient morts sans l’arrivée de ces « Gavachs » (en d’autres termes les « immigrés » ou les « estrangers ») et de ce fait, chacun d’entre nous était le Gavach de quelqu’un et que tout le monde avait son Gavach.

A la lecture du dernier bulletin municipal Tante Agathe a relevé que le nombre des décès (47) était supérieur au nombre des naissances (12).

Tante Agathe pense que vous comprendrez mieux l’intérêt d’accueillir chaque année de nouveaux "Gavachs" parmi nous.

Les temps changent ? Pas tant que ça !!!

 

dimanche, 16 février 2014

François Cavanna a tiré sa révérence !

Un maitre de Tante Agathe vient de nous quitter

François Cavanna

Cavanna.jpg

http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2014/01/30/mor...

Il semblerait que François soit venu tirer les pieds de Tante Agathe dans la nuit pour lui dire :

 

_ « Tatie, ne baisse pas la garde ! Redresse la tête et fonce ! »

_ « Est-ce que « ton Cavanna » aurait abandonné ? »