Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 24 février 2014

Une soirée avec le Pélican de Puisserguier

Certains d’entre vous ont, comme Tante Agathe, profité d’un magnifique temps de printemps pour rejoindre, ce samedi, vers 18 heures, les « Patatr’Oc » qui présentaient une belle animation intitulée « Carnaval es arribat ».

 

Tante Agathe a été agréablement surprise du grand nombre de Puisserguiérains qui s’étaient rassemblés au départ du cortège (à coté de la mairie) que précédait la fameuse et turbulente mascotte représentant le Pélican de Puisserguier.

 

Tante Agathe a donc déambulé  à travers le village avec les enfants déguisés (ainsi que quelques parents) qui formaient une joyeuse troupe soutenue par fifres et tambourins.

 

tante agathe

 

Halte après halte, Tante Agathe a suivi le "Totem" de la Place de la République, à la place de l’église, en passant par la cour du château.

Et c’est assez tard dans la soirée que toute cette peuplade de gais lurons s’est séparée heureuse d’un grand moment de fête partagé ensemble.

 

Tante Agathe ne peut qu’être satisfaite du succès rencontré par de tels rassemblements suscités par la passion de quelques bénévoles au service de leurs concitoyens.

 

dimanche, 23 février 2014

A chacun son Gavach !

tante agatheDernièrement Tante Agathe a été invitée, avec quelques amis, à se rendre à Creissan pour assister à une soirée avec Patrick Béziat dont la conférence a captivé un nombreux public.

En tissant une histoire inédite des Gavachs, le conférencier a peint ces hommes et ces femmes qui descendaient à pied ou en carriole les gradins de l’amphithéâtre languedocien jusque dans la plaine pour y trouver du travail.

Comme toute l’assemblée conquise par ce remarquable exposé, Tante Agathe, a suivi l’évocation des racines du mot Gavach, ses diverses étymologies, ses définitions et les différentes origines de ceux qu’il désignait selon la région, Patrick Béziat a bien démontré comment, au fil du temps et des aléas économiques, les Gavachs, par leur audace et leur travail ont trouvé leur place dans nos villages, et combien ils ont été au XIXème et au XXème siècle « des acteurs majeurs mais minorés d’un moment exceptionnel de notre histoire ».

Tante Agathe a appris ce soir là qu’en ces temps reculés les gens de passage à Puisserguier avaient un regard étonnant, voire méprisant sur les autochtones de notre village.

 

tante agathe

 

Au cours de cette conférence très instructive Tante Agathe a aussi noté que tous les villages de notre région seraient morts sans l’arrivée de ces « Gavachs » (en d’autres termes les « immigrés » ou les « estrangers ») et de ce fait, chacun d’entre nous était le Gavach de quelqu’un et que tout le monde avait son Gavach.

A la lecture du dernier bulletin municipal Tante Agathe a relevé que le nombre des décès (47) était supérieur au nombre des naissances (12).

Tante Agathe pense que vous comprendrez mieux l’intérêt d’accueillir chaque année de nouveaux "Gavachs" parmi nous.

Les temps changent ? Pas tant que ça !!!