Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 31 juillet 2014

Qui a volé les drapeaux ?... A Plouc’Ville.

L’autre  matin profitant d’une accalmie du vent Tante Agathe décide de sortir sa belle bicyclette pour se rendre au village.

Passant devant la mairie, quelle ne fut pas la surprise de Tante Agathe de voir que deux des quatre drapeaux s’étaient volatilisés....

Qui a bien pu voler les drapeaux s’est demandée Tante Agathe ?

 _ Plouc’Ville ? Mais non,  Tante Agathe, tu n’y es pas, tu te trompes.

Plouc’Ville !!!, m’enfin, Tante Agathe, nous sommes à Puisserguier ! Comment peut-on imaginer que dans notre paisible Puisserguier, avec certains de ses concitoyens de « l’intelligentsia » locale garant de la morale et dont la finesse et la sagesse d’esprit sont notre fierté, puissent se produire de si vilaines choses._

 Tante Agathe, bien éveillée, est repassée devant la mairie du village. Il manque bien les deux drapeaux, « Croix occitane » et « Europe », le drapeau « français » étant en berne, en signe de compassion nationale décidé par notre Président de la République.

 

tante agathe

 

 Il parait que, ces derniers jours, c’était la fête d’été.

 C’est la fête !... La fête !!!....

La fête !!!....

samedi, 12 juillet 2014

Nouvelle décharge !!!

Pour aller à la décharge de Quarante sur son beau vélo, et chargée comme un mulet, ça fait un peu loin se désole Tante Agathe !

C’est sûrement l’excuse que se sont donnés ceux qui, sans complexe, ont pris le coin conteneurs derrière Franprix pour une nouvelle décharge !

 

tante agathe

 « Mais ! Dis-moi Tante Agathe, n’ont-ils pas raison d’agir en dégueulasses ?

 Puisqu’il semblerait qu’à Puisserguier l’incivisme et les manipulations diverses nuisibles à la vie commune et aux bonnes relations sont tolérés avec bienveillance, et que cela peut ouvrir, très grand, à leurs auteurs, les portes de l’impunité et de charges d’influence. »

PS. Dans Midi libre du 23 juin.

« Faux en écriture » !!!

 

tante agathe

 

Exercice qui parait aussi être usité à Puisserguier. Bien que certains échappent (Tante Agathe se demande bien naïvement comment) aux poursuites et donc à la condamnation.